Un petit bonheur ce soir : arrivé en grognant devant la boulangerie où 20 personnes attendent devant moi. Mais au moment de demander ma baguette "tradition" (vous savez ce machin au nom bien commercial, soit disant artisanal au levain et tout... moi j'adore), le boulanger en apporte une pleine caisse sortant du four. Et me voilà sur le boulevard avec mon pain, "bien cuit s'il vous plait madame", dont je prélève un bout sans attendre. Il se met à fumer dans le froid de l'hiver qui tombe. Et je vais vite rejoindre mon homme pour lui donner l'autre bout bien croustillant avant qu'il n'ait refroidi...

Pour équilibrer, un petit agacement. Je ne sais pas si ça vous est également arrivé dans le métro ces derniers temps, mais je suis plusieurs fois monté dans un wagon où de jeûûûûûnes (qui n'avaient malheureusement rien de sexy, arf) écoutaient leur téléphone portable. Ces engins ont donc suffisament de puissance pour se transformer en mini radio et faire profiter à tout le monde de leur musique de m... Je grogne, mais pas plus qu'un autre je ne suis capable d'aller leur donner une leçon de savoir-vivre. Courage fuyons.

Dans un autre genre ce matin, clic clic, le voyageur sur les strapontins, clic clic, utilisait son porte clés, clic clic, pour se couper les ongles. Très agréable. J'espère que sur cette ligne passant par les grands magasins, les Champs, le Trocadéro, il ne croisera pas de touristes japonais. Pour peu qu'on leur ait proposé du Vacherin Mont d'Or dans leur hôtel de luxe le matin, ils seraient capables de prendre un taxi en hurlant pour Roissy. Belle image des Français...

Voilà pour la petite chronique. Mais dans la catégorie petits bonheurs, le reste du week end vallait tout autant  le détour. Entre autres : l'expo des dessins de Rembrandt au Louvre (*PAF!*), promenades avec mon homme dans Paris, envie d'aller voir les nouveaux musées des arts décoratifs ou l'Orangerie, repli stratégique devant la foule amassée dans le froid pour aller boire un chocolat chaud au Crillon (une chocolatière en argent d'un bon demi litre, pleine d'un chocolat crémeux et au goût bien amer rââââ, merci mon homme - j'ai rien mangé le soir), achat de cadeaux d'anniversaires (pour moi), jolies boutiques recommandées par une star (vous connaissez Barthelemy? Leur fontainebleau est une merveille), le temps d'aller faire du sport, et des places prises pour aller voir Copi au Théâtre de la Ville et à Bobigny. Ah, j'oubliais, la petite étagère qui manquait depuis des mois a été installée, et puis... et puis... Nous avons rencontré Raoul.

Je crois que la vie est belle à Paris... Plus qu'à changer de job.

A dans 3 mois!